| 1 Monsieur!

Je vous suis infiniment obligé de l’avis que vous m avez donné hier, mais il etait trop tard pour subsistuer une autre pantomime comique, qui d’ailleurs n’aurait pas convenue avec la musique ; mais pour ne pas négliger les conseils d’un grand Artiste, j’ay suprimé toutes les Verges que les enfans et la Servante tenoient en main non pour en frapper leur maitre, seulement pour le menaçer : au moyen de ce petit changement J espere que le publique ne se plaindra pas d’indécence, du moins je ne m’en suis pas appercu hier et l’on a fort applaudi la fin du Ballet. Mdlle Engel, s’est plaint après le Spectacle d’un torticolie qui la genait pour danser, elle m’a dit que si cela continuait qu’elle ne danserait pas son pas de deux, mais quelle ferait la pantomime : par ce moyen le Ballet aura toujours Lieu ce soir.

J’ay L’honneur d’être avec la plus grand estime Monsieur Votre tres humble et très dévoué Serviteur Lauchery pere.

Berlin ce 25 octobre 1804.

Zitierhinweis

Von Étienne Lauchery. Berlin, 25. Oktober 1804. Donnerstag . In: August Wilhelm Ifflands dramaturgisches und administratives Archiv. Digitale Edition, hg. v. Klaus Gerlach. Berlin-Brandenburgische Akademie der Wissenschaften, Berlin. Version 8 vom 29.04.2019. URL: https://iffland.bbaw.de/v8/A0000478


Kanonische URLDieser Link führt stets auf die aktuellste Version dieses Dokuments.

https://iffland.bbaw.de/A0000478

Versionsgeschichte

Dieses Dokument liegt auch in älteren Versionen der digitalen Edition „Ifflands Archiv“ vor. Die Versionen, die eine Änderung gegenüber der jeweiligen Vorgängerversion beinhalten, sind mit hervorgehoben.